Les spectacles : la Compagnie de la Bobine

2017 – Roberto Zucco – Bernard-Marie Koltès – mise en scène Roland Mastrippolito assisté de Dominique Oberreider

 

Argument de Roberto Zucco (… et la gamine)

Emprisonné pour le meurtre de son père, Roberto Zucco s’évade. Il assassine sa mère, puis rend visite à la gamine qu’il a violée. Il assassine un nspecteur de police, etc… La gamine quand à elle est coincée entre une soeur qui veut la préserver et un frère qui veut la vendre à un mac ! Pas très joli tout ça… et encore, vous n’avez rien vu. Un vrai conte extraordinaire de la folie ordinaire…

Lettre d’intention

On le sait, certains faits relatés dans Roberto Zucco sont inspirés de l’actualité de février 1988 lorsque l’identité d’un assassin surnommé « le tueur fou », ou encore « l’assassin de la pleine lune », est révélée grâce au témoignage d’une jeune fille de 16 ans. Il s’agit de Roberto Succo. Koltès a largement puisé dans la sinistre biographie de Succo, mais également dans la retransmission télévisée, non moins sinistre, de l’exécution en public des otages de Gladbeck en août de la même année.
Ces assassins ont défrayé la chronique et fasciné les téléspectateurs de l’époque. Comment ne pas être séduit par les images du jeune Roberto Succo, aux allures magnifiques d’athlète, se payant un streap-tease sur le toit de sa prison et haranguant en slip la foule ahurie avec l’assurance d’un tribun.
Koltès aurait-il succombé lui aussi ? Sur la quatrième de couverture de « Roberto Zucco » aux « Editions de minuit » on peut lire :
« Un trajet invraisemblable, un personnage mythique, un héros comme Samson ou Goliath, monstres de force, abattus finalement par un cailloux ou par une femme. B.M.K. »
Les proches des victimes de Succo ont été choquées, on a peu de mal à le comprendre. Après avoir lu Zucco, il y a de quoi être intrigué par cet exergue si maladroitement dissimulé. Que veut nous dire Koltès avec cette phrase si trivialement vraie et si profondément insupportable ? Insupportable à tel point que j’ai un moment douté de la pièce devant une telle provocation. Mais qui pourrait être inspiré par une vision si trivialement vraie pour lui et si profondément insupportable pour les autres si ce n’est Roberto ! Le décalage koltèsien ne nous ferait-il pas entrevoir les actes de Succo et des assassins de Gladbeck à travers le regard de Zucco ? Et à travers ce regard prismatique Roberto deviendrait enfin accessible et dévoilerait l’étrangeté de sa logique hors norme, que nous autres appelons sa folie. Lui faire dire enfin : « Je suis le meurtrier de mon père, de ma mère, d’un inspecteur de police et d’un enfant ».

L’auteur

Bernard Marie Koltès (1948-1989) est considéré aujourd’hui comme l’un des dramaturges français majeurs de la fin du vingtième siècle. Il considère avoir écrit sept pièces traduites dans une trentaine de langues. « Retour au désert » entre au répertoire de la comédie française en 2007. Le nom de Koltès est indissociable de celui de Patrice Chéreau. Koltès a approché Patrice Chéreau en 1979, voulant faire de lui « son » metteur en scène. Ce dernier, découvre en Koltès un auteur loin de son univers théâtral de l’époque mais dit de ses textes « … s’il y avait une certitude que j’avais, c’est qu’il y avait une langue, un usage du français et un usage d’une langue théâtrale, mais inouïe. Ca c’est la première réaction que j’ai eue… ».
Koltès devra patienter jusqu’en 1983 pour voir « Combat de nègre et de chiens » joué au théâtre des Amandiers de Nanterre (la pièce est de fait crée en décembre 1982 à New York dans une mise en scène de Françoise Kourilsky… une autre belle histoire théâtrale). Dès lors, Koltès confiera la création de toutes ses nouvelles pièces à Chéreau. Il mettra fin à leur collaboration pour son dernier texte « Roberto Zucco ».

 PB et RM  –  Compagnie de la Bobine

2016 – Noli me tangere – Jean-François Sivadier – mise en scène Roland Mastrippolito assisté de Dominique Oberreider – Jeu d’acteurs : Julie Politano 

Affiche NOLI ME TANGERECe soir nous fêtons l’anniversaire d’Hérode. Le théâtre y est à l’honneur avec la création de la pièce Le miracle de la fille de Jaïre, et les préparatifs vont bon train. Entre temps… Narraboth aimait Salomé mais Salomé le lui rendait si mal, elle préférait JB, le si mignon mâle qui voulait la lessiver. L’espion courait après la valise de Pilate… elle s’était fait la malle avec la mère Hérodias Qui tant bien que mal s’agrippait à Pilate. Les histoires d’amour finissent… mal. ( en général ! ) Les bouillants Hérode et Hérodias s’engueulaient, dès que trois coups sonnaient ; et Hérode, pour trois coups à Salomé destinés, coud leurs destinées… Il y a de quoi perdre la tête dans ce pandémonium mystico-historico-théâtral, ce reality show présenté par un ange à paillettes TV-médiatique hyperconnecté… mais qui désirerait à l’instar des autres personnages, faire de son désir d’ailes les ailes du désir.               R.M Compagnie de la Bobine

 

 2015 – le Suicidé – Nicolaï Erdman – mise en scène Roland Mastrippolito assisté de Dominique Oberreider et Lucie Boisseau

affiche le suicidé de Nicolaï Erdman– Quelle heure est-il ?– C’est bientôt l’heure ! Bientôt  l’heure de mettre fin à cette histoire racontée par un idiot et qui ne signifie rien.

– Quelle heure il est ?

Mais Simon n’est pas Macbeth… Simon est porté par une irrépressible envie de vivre. Il va falloir être particulièrement éloquent pour le pousser à bout.

– Mais quelle heure?

Quelle pourrait-être « la » bonne raison qui pousse Simon à partir ? Le totalitarisme d’un régime aveuglé par son pouvoir? l’amour d’une femme ? le commerce de l’art ? le commerce de l’âme ? les dettes ?… La grande loterie est ouverte! Venez acheter votre billet vous aussi…

– Quelle heure, hein ?

– L’heure d’écrire ta lettre mon cher Simon !

Nicolas Erdman nous emporte dans un drame comique dont l’absurdité nous enchante…

 2014 – Marat-Sade – La Persécution et l’assassinat de Jean-Paul Marat représentés par le groupe théâtral de l’hospice de Charenton sous la direction de Monsieur de Sade – Peter Weiss – mise en scène Roland Mastrippolito assisté de Dominique Oberreider

 

L'affiche Marat Sade de Peter Weiss_ La Compagnie de la Bobine

L’affiche Marat Sade de Peter Weiss_ La Compagnie de la Bobine

Marat -Sade : les répétitions - photo PB La Compagnie de la Bobine

Marat- Sade : les répétions avec ROUX tournent à la folie. Photo PB La Compagnie de la Bobine

Les Répétions à la Compagnie de la Bobine - Marat-Sade avec L'Annonceuse et Sansonnet Tourlourou La Fauvette Cocorico_photo PB

Marat, Sade ! Deux noms qui frappent l’imaginaire de tout bon français… forcément! Deux personnages excessifs… si je puis dire!

Jean Paul Marat fut assassiné. Sans Charlotte, il aurait sans doute été guillotiné un an après en compagnie de ses amis de la Terreur. Donatien Alphonse François de Sade, quant à lui, fut interné pendant 27 ans. Sans la protection de son titre aristocratique, il aurait sans doute, lui aussi été exécuté pour ses infâmes exactions. Deux condamnés à mort pour la société. Deux personnages disais-je…

Ce qui les relie: « la Révolution »!… et depuis 1963, la pièce de Perter Weiss. Le pitch: « de l’hospice de Charenton où il est interné, Sade a décidé de créer le 13 juillet 1808, avec les moyens du bord, une pièce relatant l’assassinat de Marat le 13 juillet 1793… ».

Voilà donc une pièce dont le mythe est connu de tous, trois fois Charlotte Corday se présenta chez Marat avant d’enfoncer son poignard… voilà donc une pièce jouée dans l’hospice, par le personnel et les patients de l’hospice. Bref! Un mauvais pitch, et en plus mal joué… de quoi se régaler, non?!!! Et si tout cela n’était qu’un leurre… irrémédiablement, la confrontation philosophique de Marat et Sade s’opère… et tous les personnages s’y mettent. Alors accrochez-vous bien et laissez-vous emporter…

R.M Compagnie de la Bobine

2013 – Cairn – Enzo Cormann  – Mise en scène Roland Mastrippolito assisté d’Aline Fauxbaton

Affiche Cairn Enzo Cormann La Compagnie de la Bobine

Affiche Cairn Enzo Cormann La Compagnie de la Bobine

Cairn, c’est son nom! Un nom qui sonne comme un cri, comme une insulte, comme un coup de règle sur les doigts, comme un coup de pistolet dans la tempe et aussi comme un amour d’enfant trop grand pour les hommes. Cairn, c’est un amas de pierres en équilibre sur le bord du chemin, fragile et mystérieux… un idéal! Un idéal secoué, malmené, aimé, sacagé, blessé, transgressé, perverti jusqu’à la rage. L’usine Dieudans va fermer pour délocaliser! La clique des patrons et de ses chiens va tenter de convaincre Cairn, délégué syndical, de l’admettre dans la soumission, Rose dans la fatalité, Jade dans l’amour… Chiffon, le chiffonier malicieux et mystérieux veille sur l’ouvrier qui a décidé de se faire les grands… et le mythique anthropochien ne peut que philosopher au bout de sa laisse. Enzo Cormann nous conte l’épopée d’un homme que rien n’arrête.

R.M La Compagnie de la Bobine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est du Spinoza! photo PB La Compagnie de la BobineL'usine est le cadet de vos soucis - Photo PB La Compagnie de la BobineL'homme est un loup pour l'homme - photo PB La Compagnie de la BobineL'esclavage te racornit ? Photo PB La Compagnie de la Bobine

CAIRN d'Enzo Cormann - La Compagnie de la Bobine photo Julien Pépy - Ref_0089CAIRN d'Enzo Cormann - La Compagnie de la Bobine photo Julien Pépy - Ref_0079CAIRN d'Enzo Cormann - La Compagnie de la Bobine photo Julien Pépy - Ref_0022

20

2012 – La grande magie – Eduardo De Filippo – mise en scène Roland Mastrippolito

affiche la grande magie - la compagnie de la Bobine

La terrasse de l’hôtel Métropole sur la côte napolitaine accueille cet été-là son lot d’habitués, quand surgit Otto un magicien raté qui fait disparaître la femme de Calogero. Celui-ci, devenu un jouet sous les suggestions d’Otto, n’arrive plus à discerner réalité et illusion. Il se laisse persuader que son épouse se trouve enfermée dans une petite boite à cigares. Une comédie contemporaine sur le pouvoir de la suggestion, où rires et émotions sont au rendez-vous.

R.M La Compagnie de la Bobine

 2011 – Yvonne, Princesse de Bourgogne – Witold Gombrowicz – Mise en scène Roland Mastrippolito

« Il n’est pire horreur qui ne trouve preneur »

Que faire d’Yvonne à la cour si policée du roi de Bourgogne? Y-a-t-elle une place? Pas en principe. Pourtant… « Pourquoi pas princesse?… » pense le prince!

Yvonne est le symbole incarné de tous les ostracismes. Yvonne, que l’on raille, que l’on stigmatise, que l’on palpe est le miroir magique réfléchissant l’image intérieure de celui qui la croise et attise ses peurs les plus intimes. Tout le monde le sait, elle est celle qui ne devrait pas exister, celle qui ne peut pas exister… celle qui ne doit pas exister. Un couple royal résolument pathétique, un chambellan délicieusement machiavélique, une cour intensément surréaliste…et un prince méchamment mélancolique. Valentin, la machine infernale est en marche! ».

R.M La Compagnie de la Bobine

2010 – Le Roi est mort – Vincent Dheygre – Mise en scène Roland Mastrippolito

Sur un échiquier géant, pièces blanches et pièces noires s’apprêtent à jouer une sanglante partie d’échecs.

Ici, tous les coups sont permis pour ne pas se retrouver étendu dans la boîte des joueurs … Et malheur à tous ceux ou celles qui proposent des accords pacifistes. Une comédie ludique qui dénonce, tout en s’amusant, les absurdités des guerres et des luttes de pouvoir. Une galerie de portraits très drôles pour réunir sur scène une nombreuse distribution où chacun devra défendre un rôle riche en rebondissements.

R.M La Compagnie de la Bobine

 2009 – L’argent du beurre – Louis-Charles Sirjacq – Mise en scène Roland Mastrippolito

Comédie de l’après-guerre

En 1949, une famille bourgeoise essaie de se reconstruire en oubliant les années noires et en profitant de l’aide américaine : toute la ville se prépare à accueillir le représentant du plan Marshall, à la fois symbole et espoir de changements. L’effervescence est palpable, l’avenir s’annonce idyllique…

Une comédie de ala Compagnie de la Bobone sur la France ordinaire ballottée entre les aléas de la vie et ceux de l’Histoire.

2008 – La Baie de Naples – Joël Dragutin – Mise en scène Morgane Bazennerye

Concerto burlesque pour 9 convives

Dans « La Baie de Naples », neuf convives s’installent autour d’une grande table pour un dîner bourgeois. Mais rien ne se passe comme on pourrait s’y attendre : tout est dans le désordre, les invités et les plats, les lieux communs et les stéréotypes du langage. Un dialogue complètement échevelé et surréaliste, un énorme éclat de rire.

 Pascal B – Compagnie de la Bobine

2007 – Animaux – Alain Enjary – Mise en scène Morgane Bazennerye

Des animaux pas si bêtes…  Alain Enjary crée ici un univers de fantaisie en donnant la parole aux animaux. Chats, chiens bien sûr, mais aussi oies, bisons, huîtres, poissons et vers luisants bavardent, rêvent, philosophent, s’interrogent, se confient… Il est question d’appétits, de séduction, de captures, de pièges, et les grands thèmes de la vie sont abordés.

Quelques humains, qu’ils évoquent quelquefois, les côtoient et les croisent. Tous parlent la même langue sonore et jubilatoire. Une utopie toute en douceur. Des histoires drôles, touchantes, étranges ou émouvantes, qui ne ressemblent ni à Walt Disney ni aux Fables de la Fontaine. Un joli spectacle pour tout public.

Cette pièce a obtenu le Prix du Jury 2007 au Festival du Théâtre Amateur de Montigny-le-Bretonneux

Pascal B – Compagnie de la Bobine