Repetition Small Talk

 

Sur les planches y’a …

Sur les planches y’a Esther et Laurent qui répètent la scène de l’atelier de parole. Ils jouent l’embarras et la gaucherie de ceux qui se côtoient à la caisse d’un supermarché et ne savent pas quoi se dire.

Ils travaillent. Ils travaillent jusqu’à ce que la maladresse de leur personnage devienne naturelle. Et drôle.

Sur les planches y’a des personnages qui parlent. A tort et à travers. Avec des mots qu’on comprend, avec des mots qu’on comprend pas, des mots qui veulent rien dire. Mais parler ils aiment ça, alors ils n’arrêtent pas.

Sur les planches y a les personnages qui parlent moins, par choix ou pas Ils parlent à leur bichon frisé pour casser leur solitude, ou choisissent de se taire.

Sur les planches y a aussi Timothée et Justine. Justine elle aimerait bien n’être que spectatrice. D’habitude elle regarde bouger des molécules dans son microscope. C’est bien les molécules, ça s’agite, ça se touche, ça se mélange, ça vit et ça parle pas. Justine, être spectatrice, regarder la vie, elle aime bien ça. Mais quand elle quitte son travail, c’est elle qui se sent coincée entre les lamelles d’un microscope. C’est comme si on l’observait bouger au milieu des autres, comme si on l’obligeait à rentrer en contact avec les autres, à parler avec eux, mais elle, elle a peur de parler de tout de rien pour rentrer en contact. Elle ne sait pas faire, elle ne sent pas capable. Sur les planches, elle rencontre Timothée qui traîne tout seul. Lui il parle à son sac de sport. Ils vont se rencontrer et c’est peut-être le début de quelque chose …

Est ce qu’il faut savoir parler pour exister ou est-ce que la simple conscience de son existence, de l’existence des autres est-elle nécessaire ?

Sur les planches, y a des acteurs. Le metteur en scène les pousse.  Les textes sont sus maintenant. Alors, le metteur en scène guide les voix, les gestes. Sur les planches les personnages prennent de l’épaisseur, de l’ampleur.   Y avait les mots du texte, et là le metteur en scène fait naitre « l’intention », il fait naitre le spectacle tout entier. Il s’assemble. Il prend vie.  Il est presque prêt.

 

Plus que trois semaines avant que la Bobine ne joue la première de Small Talk au théâtre du Ranelagh à Paris le LUNDI 21 MAI 2018.

Ça va être bien !

Moi, je serai vous, je réserverai.

RÉSERVER MA PLACE

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment