Perdu Zucco ! Vite ! Vite ! J’ai perdu Roberto Zucco ! Vite ! Vite !

Alerte !

Alerte !

J’ai perdu Roberto Zucco ! Attention ! J'ai perdu Roberto Zucco ?je n’ai pas perdu l’homme mais j’ai perdu l’oeuvre ! Tout simplement, j’ai perdu le bouquin, ben oui quoi j’ai perdu le livre Roberto Zucco de Bernard Marie Koltès.

Pourtant Souffler n’est pas jouer et puis alors quoi ? Et puis alors ? Ben oui quoi ! ben, on essaie de ne pas utiliser la photocopieuse ou l’imprimante. Et c’est facile car faire des photocopies ou utiliser son imprimante, ça nous coûte très cher. Tout d’abord, l’imprimante tue le livre et pourtant l’imprimante ne semble pas plus cassée qu’une autre. Mais ici, on se demande ici pourquoi ça ne marche pas comme on le voudrait.

Mais qu’est-ce qu’on veut ? On veut récupérer le livre Roberto Zucco de Bernard Marie Koltès que nous avons comment dire … perdu. Récupérons ce commentaire personnel proposé par Bernard Mirgain (ce monsieur est professeur) : Koltès met en scène dans sa pièce un jeune homme de vingt-quatre ans, d’une extrême nervosité, qui frappe à la porte du domicile parental. Sa mère refuse de le laisser entrer. Elle se doute bien qu’il ne vient pas pour lui beurrer ses tartines. Le ton monte, l’air vibre d’énervement. C’est l’escalade. L’intrus, se comportant comme un tyran domestique, finira par assassiner sa propre mère. Une histoire de voyou des banlieues, de meurtrier en cavale, inspirée de faits réels.

D’emblée, nous sommes frappés par l’insignifiance de ce personnage impulsif, au vocabulaire appauvri, réclamant avec une insistance presque obsessionnelle son treillis oublié dans un bac à linge. Mais aussi par la brutalité sans concession de cette jeune crapule.

Bon, tout cela ne nous explique pas comment on va récupérer le livre. Si on utilise pas la photocopieuse ou l’imprimante, ça doit être parfait !

Pascal B – Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment