Small Talk de Carole Fréchette – Small talk, mais c’est quoi le small talk ?

Nous avons donc déposer les droits d’auteur de Small Talk de Carole Fréchette afin que nous puissions jouer au moins six fois comme d’habitude au théâtre du Ranelagh à Paris puis à Montigny-le-Bretonneux , Voisins-le-Bretonneux et pourquoi pas la ville de Sens.
Comment s’appelle t’elle  ?

Elle s’appelle Justine. Elle a plus ou moins vingt-cinq ans. Une fille normale, en apparence.https://www.facebook.com/LesTroisCoups.fr/?ref=hl Mais elle a un problème étrange qui empoisonne sa vie : elle ne sait pas faire la conversation. Faire comme dans construire, fabriquer, créer. Elle ne sait pas fabriquer des échanges avec les autres. Ne sait pas poser des questions simples – comment vont les enfants ? As-tu vu le match à la télé ? -, parler de tout et de rien, comme on dit. Ce que les anglo-saxons appellent small talk. Elle ne sait pas amorcer une conversation, encore moins l’alimenter, la relancer, la conclure. Le small talk est sa bête noire, son calvaire, son agonie. Elle a des choses à dire pourtant. Toute seule dans son salon, le soir, elle déverse ses idées sur la vie dans de longs soliloques qui la soulagent tout en lui laissant un goût amer. Elle ignore d’où lui vient ce mal, mais elle sait qu’elle n’en peut plus de la solitude où l’enferme sa drôle de paralysie. Elle veut de toutes ses forces s’intégrer, faire partie du monde.

Alors elle décide de changer. Avec les conseils de l’experte en échange conversationnel trouvée sur Internet, Justine part à la conquête du dialogue. Son territoire d’expérimentation: ses collègues de travail, sa voisine de palier, une ancienne camarade de classe, mais aussi sa mère – parleuse compulsive devenue aphasique à la suite d’un accident -, son père taciturne, sa belle-mère muette, sa belle-sœur exaltée, son frère Charlie, tombé dans le small talk quand il était bébé, véritable prince de la conversation. La pièce raconte le parcours de Justine, ses audaces, ses échecs, ses découragements, ses rechutes, jusqu’à la tension extrême, l’humiliation suprême.

Et lui ?

En parallèle, un jeune homme, Timothée, suit sa propre trajectoire désespérée. Leurs itinéraires finiront  par se croiser, et alors, l’art de la conversation prendra un tout autre sens.

d’après un texte  de Carole Fréchette imprimés aux Editions Actes-Sud-Papiers/Léméac, Mai 2014

et joué spécialement et pour la première fois pour le Théâtre du Peuple – Maurice Pottecher
40 rue du Théâtre – 88540 Bussang
Tél : +33 (0)3 29 61 62 47 – info@theatredupeuple.com
Billetterie : +33 (0)3 29 61 50 48

Pascal B – Compagnie de la Bobine

Nota : Le small talk c’est

Small talk is an informal type of discourse that does not cover any functional topics of conversation or any transactions that need to be addressed.[1] Small talk is conversation for its own sake, or « ….comments on what is perfectly obvious. » The phenomenon of small talk was initially studied in 1923 by Bronisław Malinowski, who coined the term « phatic communication » to describe it.[2] The ability to conduct small talk is a social skill; hence, small talk is some type of social communication. Early publications assume networked work positions as suitable for social communication.[3]

Newer habits make use of social media as an instrument for small talk.[4]

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment