De « Noli me tangere » à Kaamelot, si tu vois ce que je veux dire !

Connaissez-vous bien « Noli me tangere » ? Oui ? Je viens de penser en fait que nous pourrions peut-être créer une série du genre Kaamelot. Mais si ! Mais si !  La série Kaamelot d’Alexandre Astier, vous savez bien.

Avec « Noli me tangere », ce serait parfait : la pièce complètement déjantée de Jean-François Sivadier, vous vous rappelez  ? Vous voyez  ? Parfait  ! Parfait !

Reprenons maintenant quelques photographies réalisées la saison dernière par Nimh Nam Chau, photographe de son état, voire même en très bon état. A savoir que Nimh Nam Chau a réalisé deux reportages photographiques sur « Noli me tangere » de Jean-François Sivadier compilés ici juste en dessous.

 

Notre problème c’est pas que nous sommes des amateurs, au contraire, mais que, et c’est là l’avantage de travailler dans la cour des grands, c’est que nous n’entendons plus le cliquetis du diaphragme lorsqu’il s’entrouvre grâce à l’obturateur qui permet d’allumer et d’éteindre la machine. Sommes-nous devenus des pros ? Sûrement pas, par contre, nous travaillons comme des pros. Vous avez compris ? C’est bien clair dans votre tête ?

Alors Kaamelot ?

Ben alors, quelque chose ne doit pas être très clair dans votre tête. Si nos neurones n’ont pas d’obturateur pour nous empêcher de faire ce que l’on veut comme un enfant de six ans découvrant la dernière tablette, c’est ce que nous ne pouvons pas respecter cette règle du jeu. Tout simplement que nous n’avons pas le temps dans le même temps de découvrir, d’assimiler puis de jouer par exemple Roberto Zucco de Bernard Marie Koltès. Il nous manque que du temps ! Et si quelqu’un, quel qu’il soit, trouve le temps, que grand bien lui en fasse et qu’il nous sorte quelque chose de sympa.

Pascal B – Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment