Roberto Zucco – la distribution donne de la voix

Histoire de ne pas se tromper, nous allons dès aujourd’hui vous renseigner sur la distribution de la pièce Roberto Zucco de Bernard Marie Koltès. Nous pouvons rappeler  que cette pièce sera interprétée pour la première fois par la Compagnie de la Bobine le 5 juin 2017 à 20h00 précises. Qu’on se le dise !

La Distribution

Marc LEMEDIONI             Roberto Zucco
Agnès ROCHERON          la mère de Roberto – une femme – une voix
Lucie BOISSEAU              la gamine – une voix
Raphaëlle JARRY             la sœur de la gamine – une voix
Renaud KLISNICK            le frère – un flic – un homme – une voix
Jean François BERNARD   le père de la gamine – un homme – une voix
Evelyne VILLARDRY           la mère de la gamine – l’inspecteur – une voix
Patrick ROCHERON          le vieux monsieur – le commissaire – le mac impatient – une voix
Thérèse GACHET MAUROZ  la dame élégante – une pute – une voix
Cécile BEAUFILS                   l’enfant – une voix
Pascal GUERY         l’inspecteur mélancolique – un homme – une voix
Pauline SACZUK     premier gardien – une des putes affolées – une femme – une voix
Evelyne BARON             la patronne – le premier policier – un flic – une voix
Dominique OBERRIEDER TRELIN  le deuxième gardien – une des putes affolées – le deuxième policier – une femme – une voix
Michelle FORTIER          une des putes affolées – une femme – une voix

 

Argument de Roberto Zucco (… et la gamine)

Emprisonné pour le meurtre de son père, Roberto Zucco s’évade. Il assassine sa mère, puis rend visite à la gamine qu’il a violée. Il assassine un inspecteur de police… La gamine, quant à elle, est coincée entre une sœur qui veut la préserver et un frère qui veut la vendre à un mac !
Pas très joli tout ça… et encore, vous n’avez rien vu. Un vrai conte extraordinaire de la folie ordinaire…

 

Lettre d’intentionhé hé ! l'assassin de la pleine lune. Il faut pouvoir rire aussi même avec une groose voix

On le sait, certains faits relatés dans Roberto Zucco sont inspirés de l’actualité de février 1988 lorsque l’identité d’un assassin surnommé « le tueur fou » ou encore « l’assassin de la pleine lune », est révélée grâce au témoignage d’une jeune fille de 16 ans. Il s’agit de Roberto Succo. Koltès a largement puisé dans la sinistre biographie de Succo, mais également dans la retransmission télévisée, non moins sinistre, de l’exécution en public des otages de Gladbeck en août de la même année.
Ces assassins ont défrayé la chronique et fasciné les téléspectateurs de l’époque. Comment ne pas être séduit par lesest-ce la bonne voix ? images du jeune Roberto Succo, aux allures magnifiques d’athlète, se payant un strip-tease sur le toit de sa prison et haranguant en slip la foule ahurie avec l’assurance d’un tribun.
Koltès aurait-il succombé lui aussi ? Sur la quatrième de couverture de « Roberto Zucco » aux « Editions de minuit » on peut lire :
« Un trajet invraisemblable, un personnage mythique, un héros comme Samson ou Goliath, monstres de force, abattus finalement par un caillou ou par une femme. B.M.K. »
Les proches des victimes de Succo ont été choqués, on a peu de mal à le comprendre. Après avoir lu Zucco, il y a de quoi être intrigué par cet exergue si maladroitement dissimulé. Que veut nous dire Koltès avec cette phrase si trivialement vraie et si profondément insupportable ? Insupportable à tel point que j’ai un moment douté de la pièce devant une telle provocation. Mais qui pourrait être inspiré par une vision si trivialement vraie pour lui et si profondément insupportable pour les autres si ce n’est Roberto ! Le décalage koltésien ne nous ferait-il pas entrevoir les actes de Succo et des assassins de Gladbeck à travers le regard de Zucco ? Et à travers ce regard prismatique Roberto deviendrait enfin accessible et dévoilerait l’étrangeté de sa logique hors norme, que nous autres appelons sa folie. Lui faire dire enfin : « Je suis le meurtrier de mon père, de ma mère, d’un inspecteur de police et d’un enfant ».

Pascal B et RM – Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment