Allo ? Allo ? Beautiful losers ! Allo !!

Allo ? Allo ? Beautiful losers ! Allo ! Vous n’avez pas compris ? C’est pourtant trop simple.

Ne traduisez pas le titre qui est en anglais, moi aussi je l’ai remarqué et faites-vous votre propre opinion. Faites-vous votre opinion, et traduisez mais à la fin de l’explication de texte. Mais, c’est alors que le superman tout vert avait téléphoné toute la pièce. Non ? Vous n’êtes pas d’accord ? On dirait pourtant une fable écologiste comme savaient les écrire les écrivains soviétiques des années 90. Non ? Prouvez le ! C’est alors que le superman tout vert dans une musique assourdissante passa de vie à supervie. Et c’est quoi la surprise ? C’est quoi ?

 

Allo ! Beautiful losers ? Lichen-man est encore là.

Allo ? Allo ? Beautiful losers ! C’est alors que contre la société de consommation, la belle affaire, l’auteur prend pour exemple un cartel pharmaceutique sur lequel il s’acharne en critiquant non sans fausses notes la progression des jeunes diplômés aux dents longues, enfin c’est ce qui visible à mes yeux écarquillés.

La fable écologiste s’appuie sans détour sur une centrale nucléaire, la belle affaire, qui s’affole et qui commence à perdre haleine. Heureusement, tout est bien qui finit bien grâce au Superman tout vert.

Bref , que du téléphoné, ce qui n’incite pas à aller voir la suite à la suite de l’entracte qui permet de s’éclipser sans rien demander. Je n’ai donc peut-être vu que Beautiful Losers. Je n’ai donc pas vu les Shaggs. Frank doit se retourner dans sa tombe, lui que je n’avais pas vu dans les années 80. Au fait, combien de comédiens dans cette pièce ? On va dire deux ? Le premier rôle va indiscutablement au Superman vert et le second va a sa femme. On peut dire cinq ? Du troisième au cinquième seconds rôles, on a que des hommes tellement bien occupés que je les ai oubliés. Quand aux Shaggs, ça sera pour une autre fois. Je suis allé voir Beautiful losers ! Je suis allé au théâtre ! Rien donc à dire sur le jeu des comédiens, seule l’intrigue me laisse perplexe. Ça c’est sûr !

Pascal B – La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment