Photo, photographe : Jamais deux sans trois, heu quatre !

Comment ça jamais deux sans trois, heu non quatre ? Bon, cet article commence t’il à partir en vrille dès le début ? Vu les perspectives de gréve dans l’aviation civile, ça va être un peu compliqué. Combien font deux ôtés de sept ? Vous ne le savez pas ? Il m’en manque cinq. Encore cinq. Sept ôtés de deux. Sept ôtés de deux. Bon,d’accord, je vais vite m’acheter cent grammes de gboflotos. Remarques que si j’avais mis un autre titre,…
Revenons à nos photos, ou plutôt à nos photographes.

Au début il y avait Patrice et Nam, deux photographes qui n’arrêtent pas de courir après le noir et le gris. Car au théâtre, quand on est dans une salle qui autrefois était illuminée à la bougie, il faut se déchirer le diaphragme si on veut y voir un peu. Photographes avant la première, ils virent arriver notre bande de comédiens et nous prirent par devant et par derrière. C’est Nam qui nous pris à la Salle Jacques Brel .Voici donc ici bas, un peu plus loin, pas là, ici, merci, voici ici, c’est ce que je me tue à vous dire, le dernier reportage jamais encore publié par mes soins ne sera bien entendu visible que si vous cliquer sur la bonne image. Quand Bob de la Bobine aura le temps il vous préparera un belle page de reportages,…

noli 2 CHAU nAM

LaBobine16 photo Jean-Luc Marchand

Noli me tangere - photo Didier Séjourné

Car, avant Patrick et Nam, il y eu Didier qui nous envoya ses photos également prises à la Salle Jacques Brel . Didier qui joua avec folie dans Marat Sade de Peter Weiss mais aussi dans Cairn d’Enzo Corman. Jean-Luc, nous envoya ses photos prises au théâtre Le Ranelagh à Paris. Et là devant la beauté et la profondeur de la salle, nous sommes restés cois.

Je ne compare pas, tu ne compares pas, il ne compare pas. Un photographe n’est pas unique ni universel, il est ce qu’il représente et ses photographies transpirent son émoi, quel qu’il soit. Alors n’allez pas comparer les photographes qui se donnent sans rien demander en échange si ce n’est d’être reconnu comme un simple photographe.

Pascal B – La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment