Inconnu à cet adresse ? Inconnu à cet adresse !

Inconnu à cette adresse est pourtant un classique du genre littéraire, mais je confirme ici que je n’en avais jamaisinconnu-à cette-adresse_EDITION LIMITEE entendu parler. J’aurais pû, il est vrai, peut-être, commencer cet article en vous écrasant de ma supériorité culturelle mais tout est relatif dans ce bas monde. On est toujours l’intello de quelqu’un qui cherche à faire le malin mais moi ce n’est pas le cas et quand votre infini voisine avec mon zéro absolu, cela fait une bonne moyenne, et en fait nous élève certainement à un classement plus ou moins similaire.

Inconnu à cette adresse écrit par Kathrine Kressmann Taylor en 1938, me rappelle une lettre datée de juin 39 de ma grand-mère française pas pure souche depuis plutôt moins que plus d’une quarantaine d’années qui écrivait à sa famille restée en Allemagne. Pas pure souche et pas juive pour un pfenning, avec des parents migrants économiques assurément.

Inconnu à cette adresse nous raconte la montée de l’extrême droite en Allemagne à partir de 1933 lorsqu’ Adolf Hitler fût nommé Chancelier du Reich et que les échos des premiers progroms parvinrent aux oreilles des pays voisins.

Inconnu à cette adresse nous raconte l’amitié entre deux hommes, l’un juif américain resté aux Etats-Unis et l’autre américain allemand émigré en Allemagne. Mais qu’auriez-vous fait à leur place ?

Inconnu à cette adresse vu au théâtre du Prisme à Elancourt (oui j’aime bien dire le théâtre du Prisme à Elancourt) mis en scène dans une forme assez vieillotte, car avec deux superbes comédiens comme Jean Benguigui et Dominique Pinon, on aurait pu éviter le face à face via des bureaux de ministres. Mais chacun son métier et les vaches, oui mais n’empêche que…. On aurait pu mais on aurait pu aussi éviter de me mettre devant trois rangées de classes de collège et dont l’une qui m’a empêchée pratiquement pendant toute la représentation d’apercevoir Jean Benguigui qui est de plus pratiquement resté statique pendant toute la pièce. Si j’avais eu un ciseau, sa tignasse fantastique aurait terminée inconnue à cette adresse. Je m’excuse et je remercie encore d’avoir dérangé Dominique Pinon qui m’a dédicacé mon ouvrageInconnu à cet adresse.

Inconnu à cette adresse malgré une mise en scène inexistante est une pièce à voir. Une pièce qui vous fera réfléchir, encore et encore.

Pascal B – La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment