J’ai vu Benjamin Walter de Frédéric Sonntag

BENJAMIN WALTER - UNE PARTIE DE LA TROUPEJ’ai bien vu Benjamin Walter de Frédéric Sonntag. Comme prévu ! Je n’ai pas changé d’avis ! Je vous l’avais dit. Et quand je dis j’ai vu, c’est que j’ai vu une pièce de théâtre contemporaine qui a utilisé plusieurs outils contemporains.

Tout d’abord j’ai plus particulièrement vu Benjamin Walter en vidéo ! En vidéo sur un écran portable à partir d’un vidéo projecteur de type home cinéma. J’ai vu Benjamin Walter sur  vidéo panoramique de plus d’une quinzaine de mètres de long. Le seul problème est que mon œil humain une fois attiré par cette animation a perdu le fil de la scène. Une guitare électrique ! Rock and Roll ! Des comédiens chanteurs qui chantent et enchantent. Et puis, une intro sans rideau, comme on sait en faire aussi à la Compagnie de la Bobine : les spectateurs rentrent dans la salle et les comédiens sont déjà sur scène. On oubliera pas le comédien qui interpelle les spectateurs dans la salle allumée de tous feux. Des comédiens qui ne bafouillent pas et qui semblent sortis de nos propres réalités, tellement ils ont intégrés notre espace temps. Une troupe de théâtre professionnelle qui mériterait d’être mise un peu plus en avant.

L’histoire est pourtant simple. Benjamin a disparu et Frédéric Sonntag est à sa recherche. La tension de l’enquête est toujours aussi forte et j’aime ça. Mais quand il est question de Brecht, de Kafka, de Roberto Bolano, de Deleuze, je dis non ! je dis STOP ! Quelle prise de tête ! Cet élitisme non dissimulé me donne toujours des haut-le-cœur dont l’origine n’est pas le mal de mer. Ce qui me rend également migraineux, ce sont ces interminables monologues qui sont certes une prouesse pour le comédien, mais l’action et le mouvement générés par un minimum de dialogues m’enchantent au plus haut point.

Bref, breg, break ! Donc à part quelques céphalées, rien à redire sur cette pièce qui pourrait pourtant être écourtée de près d’une heure. Une heure sur trois, la belle histoire !

 Pascal B – La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment