Les voeux de la Bobine pour 2015

Les voeux de la Bobine - photo Pascal B

Vous le savez déjà ! Nous avons toujours quelque chose à dire. Nous avons toujours quelque chose à vous dire. C’est l’heure des voeux de la Bobine. Sans enfoncer des portes ouvertes, vous savez déjà que nous respectons la couleur de vos pensées et que notre mot préféré restera Ostracisme. C’est l’heure des voeux de la Bobine. Nous sommes persuadés de notre ignorance car tous les jours nous en apprenons plus. Nous sommes persuadés de pouvoir apprendre tous les jours dans le coeur de nos écrivains qu’ils soient contemporains, ou décédés depuis plusieurs centaines d’années. C’est peut être notre curiosité qui nous pousse à vouloir découvrir dans les textes de nos semblables les vérités dont nous ignorons la substantifique moelle. C’est sûrement notre curiosité qui nous pousse à réviser nos classiques et à comprendre la mythologie qu’elle soit grecque ou romaine et son rapport au théâtre moderne.  Mais, notre main s’est arrêtée au bout de l’étagère et n’a pas encore passé du temps dans le rayon métaphysique pour comprendre les écrits qui régissent les horloges de plusieurs millions de terriens. Nos voeux 2015 ? Comprendre ou va le monde ? Non, nous ne voulons pas être devins. Nous voulons juste comprendre comment fonctionnent nos âmes face à la différence, car nous aussi nous sommes différents.

C’est l’heure des voeux de la Bobine. Bob a rassemblé ses quelques répliques proposées par les membres de la Bobine, qui peut-être pourraient constituer une nouvelle histoire. Et si c’était ça, les voeux de la Bobine pour 2015 ? Vous pariez ? Et si ça ne vous tente pas, dites-vous que ce n’est que du théâtre.

Bob : Quelle aventure !

Alfred : L’homme boit pour ne pas pleurer….

Mike : ‘Mais peindre en noir, ça ne veut pas dire pessimiste….

Bob : La vie est un éternel recommencement.

Alfred :  Je suis un couillon d’humaniste et finalement je suis incapable de m’occuper de mon propre frère…

Alfred  (en aparté) : Trinquons ! A la protection des espèces menacées…

Eléonore : On était à table tous les deux, il m’a dit: « Passe-moi le sel », il me l’a dit gentiment, mais je sais pas, je me suis levée, j’étais pas fâchée, je lui ai dit: « Je divorce ». Je suis montée faire mes valises, voilà.

Eléonore (en aparté) : Ah ben bonjour la gueule a Thérèse!

Alfred : Oui. Voilà.  Pardon. Je voulais juste ajouter que c’est ignoble.

Justine : « Les nobles sont au trou, alors qu’attendons nous!

Charlie : Les gens sont vraiment cons, parfois

Justine : Les nobles sont au trou, alors qu’attendons nous!

Eléonore : Si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez le !
Rob : J’ai trop d’énergie pour travailler !

Lou : La seule question est de savoir quand notre tour arrivera.

Bob : Qu’est-ce que je pourrais faire de bon et qui bourre ?

Bob qui élève la voie : Mon Dieu, mais il est aveugle!

Charlie : Je ressens parfois comme une sorte de… frisson sacré!

Leïla : Il m’a fait du pied, du pied, du pied de conchon truffé !

Mike : Et maintenant qu’est qu’on fait ?

Salomon : Tomorrow… and tomorrow… and tomorrow…

Alfred : Et s’il t’avait dit passe-moi le poivre ?

Tous : Être ou ne pas être, telle est la question !
C’était les voeux 2015 de la Bobine. Vive les voeux ! Vive la Bobine !

 Pascal B avec les contributeurs de la Compagnie de la Bobine


Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment