C’est Noël, tant pis au Prisme…ou plutôt tant mieux !

C'est Noêl, tant pis ! photo Sarah LIl ne faisait pas encore trop froid ce soir là au Prisme à Elancourt, lieu chaleureux, lieu de rencontre entre public et artistes. Le Prisme, c’est une seconde famille pour Pierre Notte. Le Prisme, c’est son labo, c’est la table d’hôtes sur laquelle Pierre pose sa marmite. Une marmite toujours en ébullition pour sa troisième année consécutive en résidence d’artiste.

Il s’agit de Noël, et par conséquent, d’une histoire de famille. Il s’agit de « C’est Noël, tant pis ». Quel drôle de titre à la veille des réjouissances de la fin de l’année !?  Titre qui sera donc au menu du théâtre du rond-Point à partir du 10 décembre prochain.

Pierre revient avec ses comédiens fétiches. C’est très agréable de pouvoir les retrouver comme une autre famille qu’ils ont été pour ceux qui les connaissent : lycéens ou amateurs de théâtre Saint-quentinois, ceux qui ont pu travailler avec cette Dream team du théâtre indépendant.

Alors pourquoi « tant pis » ? Pierre Notte a l’habitude de parler du théâtre comme lieu de la catastrophe et la famille comme sphère de toutes les catastrophes, conflits, déchirements en tous genres.

Chez Pierre Notte, il y a toujours un père, une mère, un fils ou une fille, un chien aussi. Il y a toujours une famille qui s’affronte. Il y a tout ce que l’on trouve dans toutes les familles : amour et désamour, rancœur, jalousie, tendresse, dispute, drame et événements heureux ou malheureux, malentendus, etc. la liste est infinie et les combinaisons de familles aussi. Dans cette combinaison proposée, on trouve forcement un peu sa propre combinaison familiale.

 Ici, la tension vient de tous les côtés :

  • un  père désabusé (Bernard Alane) et une mère (Silvie Laguna) particulièrement aigrie par la vie ;
  • deux fils se détestant, l’aîné Renaud Triffault faisant de l’ombre au benjamin Brice Hillairet ;
  •  une épouse (Chloé Olivères), , celle du benjamin, prise dans les filets d’une famille qu’elle exècre.

C'est Noël, tant pis ! photo Sarah LEt ,   Et la grand-mère qui reste un mystère…

Hé…Encore des histoires de famille pas très propres comme dans  la République du Bonheur dont je vous ai parlé auparavant. Sauf que la grand-mère cette fois tombe dans l’escalier et se retrouve à l’hôpital. Et là, paf,  c’est l’introspection familiale. A revoir donc.

Il faut dire qu’au troisième acte c’est l’apothéose devant le lit de la mourante mamie. Dévorée par un grand méchant loup? Ou Harcelée par des questions d’ordre notariale ? Que préfériez-vous si vous étiez à sa place ?

Je parle d’apothéose car « C’est Noel, tant pis » c’est aussi une succession de bagarres très haletantes et sportives, c’est un ring!  Bravo aux jeunes acteurs qui ont du faire preuve d’un entrainement sans doute très ardu : cela n’arrête pas de courir, de gigoter, cela ne tient pas en place. A vrai dire, c’est sans doute cela qui m’a le plus captivé : une certaine énergie dans ce dernier acte qui vient rompre l’aspect ronflant du Noël.

Ce qui m’a le plus interrogé ce sont les différences inter-générationnelles des femmes pointées par Pierre Notte: la mamie, la maman, la femme ‘’de’’. Papa appelle sa femme  » Maman « : c’est insupportable pour les deux fils. La femme du benjamin est la pièce rapportée indépendante, plutôt libre et sexuellement désinhibée par rapport à la mère : c’est insupportable pour la mère. Enfin, c’est ce que j’ai pu comprendre dans une scène…Et la mamie ce n’est plus grand chose à vrai dire, à part un testament.

Un drame arrive tout de même puis un miracle. Trés vite, trop vite pour moi. Il faut que les histoires de famille finissent et plutôt bien. C’est peut-être là que je n’ai pas tout suivi. Tant pis pour moi ! Mais finalement et après tout, il y a t-il quelque chose à comprendre dans tout cela ? Non, peut-être…tant mieux.

Sarah L

On mélange tout cela, et résultat ? Scènes et actes se succèdent à coup de règlements de compte à gogo. Ce soir, on met tout sur la table et tant pis! Allez on déballe !  L’ambiance était donc survoltée, le sapin fut démonté, des répliques cultes, on mange, on boit, on chante, on se lamente, on s’habille et se déshabille aussi. Beaucoup de rires dans la salle. En me penchant du haut de mon balcon, j’avais la possibilité d’espionner la régie où Pierre prenait quelques notes ou barrait des mots…Sans doute des éléments à changer avant le Rond-Point ? De trop ou pas assez ?

Sarah L

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment