Théâtre : De l’importance des accessoires

Accessoires de théâtre de Marat Sade A la recherche du couteau de Charlotte photo PB La Compagnie de la Bobine

Accessoires de théâtre de Marat Sade A la recherche du couteau de Charlotte photo PB La Compagnie de la Bobine

De l’importance des accessoires au théâtre ! De l’importance du détail qui peut enlever toute crédibilité à l’intention engagée ou au personnage. Qu’ils soient de décor comme une chaise, car on a toujours besoin d’une chaise sur scène mais que faut-il choisir entre un prie-Dieu et un ballon sauteur ? Qu’ils soient personnels comme la canne de l’Annonceur dans Marat Sade ou de jeu comme le pistolet que confie Chiffon à Cairn dans Cairn. Nous ne donnons pas dans le vaudeville ou le boulevard qui peuvent nécessiter toute une escouade d’accessoiristes. Nous versons naturellement dans le contemporain qui classe souvent les accessoires au même rang que les parasites. Pas de tableaux, pas de tapis d’époque ou de chandeliers. Pas d’accessoiriste à la Bobine, ni de régisseur de plateau, car chacun membre de la troupe apporte son idée qui peut se révéler la bonne même s’il est vrai que la généralisation d’un assistant à la mise en scène dans nos trois dernières pièces nous apporte plus de pragmatisme et méthodologie.

Mais quelle mouche a donc piqué le metteur en scène quand il a imaginé une dizaine de psychés comme décor unique d’Yvonne, Princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz ? Imaginez-vous qu’à la dernière d’Yvonne à Voisins-le-Bretonneux, l’une des psychés ne voulait plus se stabiliser à la verticale, provocant quelques sourires et pouffements dans la salle une suée de frayeur pour le comédien qui essayait d’arrêter ses plongeons incessants.

Pour La Grande Magie d’Eduardo De Fillipo, je me rappelle de l’opportunité de récupérer des tabourets de bar, et un meuble à roulettes transformé en comptoir qui a fait fureur pendant toute la saison. Marteau, clous et scie ont servi à la création de la terrasse de l’hôtel Métropole. Tout le monde s’y est mis. C’est souvent cela à la Compagnie de la Bobine, tout le monde s’y met.

Dans le rayon accessoires, vous rappelez-vous la bouteille de Cairn dans Cairn d’Enzo Cormann ? Si vous avez assisté à la première à Jouars-Pontchartrain, vous vous rappelez peut-être la chute fatale de la bouteille sur les planches. Accessoires de Marat Sade : on a retrouvé le couteau de Charlotte - photo PB La Compagnie de la BobineHeureusement balayette et petite pelle étaient prêts pour ramasser le verre brisé. De l’importance des accessoires !

Pour Marat Sade, de Peter Weiss, on est toujours à la recherche de notre anecdote sur la baignoire de Marat Sade, la fameuse baignoire en fonte qu’on échangerait bien contre sa jumelle en résine. 

Mais savez-vous aussi que les accessoires sont là aussi pour porter des messages ? Le contraire vous aurait étonné ? Mais pas uniquement des messages portés par le metteur en scène qui doit accompagner sa mise en scène par des accessoires qui viennent conforter le ton et l’atmosphère de sa vision de la pièce. Accessoires de théâtre de Marat Sade La canne de l'Annonceur photo PB La Compagnie de la BobineMais également, des messages compréhensibles la plupart du temps, que par ceux qui les émettent. Car les accessoires portent aussi une mémoire qui souhaite aussi s’exprimer sur les planches. De l’importance des accessoires au théâtre !

P.B La Compagnie de la Bobine

 

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment