Superamas ? They are sexy and they know it

SUPERAMAS AUTOUR DE LA PISCINE

Aller au spectacle, c’est découvrir de nouveaux territoires et s’enrichir de nouvelles émotions. Ce soir, question de nouveau territoire, je suis servi. Les danseuses trois étoiles du Collectif Superamas m’ont impressionné par leurs danses du ventre et leurs entrechats. Mais, parfois je me demande ce que viennent faire ses danses dans cette performance ou se mélangent images, vidéos et animations virtuelles. Mon voisin me dit que les coûts de design graphique et d’ingénierie dans ce domaine sont à tomber par terre. Mais, je suis aussi venu voir du théâtre. Je ne vois que des comédiens qui doublent une bande son, en arabe, en turc, en israélien, en anglais et en français. Sur le panneau du fond, on voit le texte traduit qui défile. La lumière de la salle est allumée, et mes yeux se ferment. J’ai travaillé toute la journée devant mon écran de PC et le moindre lux supplémentaire peut me faire basculer chez Morphée.  Du playback de temps en temps, ça fait partir d’un spectacle, mais le concept de cette soirée est justement le doublage intégral, c’est pour moi, le discriminant fatal. Il me reste une impression de déjà vu, de fin de journal TV quand la publicité pousse le journaliste à limiter l’actualité à une connexion vers le site d’information de la chaîne : C’est du JT TF1 à la sauce FOX en VO sous-titrée. C’est un copié-collé de la réalité transporté dans un univers parallèle qui ne m’a rien apporté si ce n’est qu’une énorme envie de bailler. Tout est carré et réglé comme du papier à musique, comme dans une cuisine ou le cuistot est contraint de déverser des litres d’hypochlorite de sodium. Tout est stérilisé et aseptisé, pas de goût et pas d’orgasme. Je reste sur ma faim. De temps en temps, on ne sait trop pourquoi, les danseuses et les comédiens remettent de l’ambiance dans la salle et entament autour de la piscine virtuelle des tubes pop de la cité des Anges avec un entrain qui me rappellent les parquets glissants des fêtes de mon adolescence.

Ce soir, je suis mitigé, car ni larmes, et ni rires ne sont venus déformer mon visage. L’émotion ne m’a pas atteint. J’ai pourtant découvert le nouvel univers que proposait Superamas, un spectacle que j’ai choisi sans contraintes et par ma propre volonté, mais ce soir à part un Love and Peace sectaire, je n’ai pas vraiment compris ce qui c’est passé sur la scène

P.B La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment