La révolution Superamas sur Saint-Quentin-en Yvelines…Ce n’est que du THÉÂTRE!

La situation est super grave et cela se passe au Prisme à Elancourt. L’Emir du Qatar intervient sur une tribune de la diplomatie internationale dans le but de résoudreAllez cliquer sur le Kadhafi de Superamas la guerre civile belge qui menace d’embraser toute l’Europe à feu et à sang. Le roi des belges est un super tyran délaissant son peuple. Il faut intervenir, et ce, avec l’assentiment des États-Unis d’Israël et de Palestine. Super Sarko s’y oppose. Qui envoie-t-on en Super Sauveur de la Belgique ? Le colonel Kadhafi ! Non, il n’est pas mort !
Sommes nous en super délire ?  Non, c’est THÉÂTRE… Tout simplement le titre du dernier opus de Superamas, du nom d’un collectif d’artistes franco-autrichiens qui a pour objectif de questionner les médias et l’actuel discours politique convenu. La géopolitique qui se dessine sous nos yeux inverse la super fameuse lutte contre « l’axe du mal ». Cela ne vous rappelle pas quelque chose?
THÉÂTRE c’est, non seulement, un super ovni dans le spectacle vivant actuel, mais aussi, un étrange mélange entre (tenez vous bien) : danse (orientale, classique, clubbing), opéra, chants traditionnels, musique baroque, peinture renaissante, esthétique du jeu vidéo et de personnages 3D, maelström de langues internationales (mes voisins septuagénaires ont au moins découvert l’arabe littéraire à défaut de tout comprendre au spectacle), vrais-faux reportages, acteurs-performeurs, bandes son de films à la tonalité hollywoodienne …Tout ceci donne un accent de super production complètement déjantée  à ce multi-spectacle. 

J’ai pris tout cela, j’ai mis la substance dans le blender, j’ai secoué et cela a donné un super milk-shake au goût bizarre avec quelques questionnements sur toutes les valeurs de notre société de divertissement globalisée. Valeurs bien représentées, dans cette performance hyper-visuelle avant tout, avec son culte du zapping, sa non-hiérarchisation de l’information, son matraquage politico-publicitaire et sexy (avec, messieurs, de superbes performeuses dignes de super femens), son oscillation entre le virtuel/le réel, la vie privée- la vie publique, son hyper technicité, son culte de l’image et de la mégalomanie. Cela peut plaire comme déplaire, tout dépend de vos valeurs. Mode d’emploi: avant tout faire le tri. Attention, avec Superamas, vous entrerez dans une nouvelle galaxie à l’ironie un tantinet provocatrice mais pas tant que cela. Cela peut faire penser aux guignols de l’info + un clip de lady gaga + le maniement d’une console Nintendo + la TV CBS + le dernier James Bond etc. Je pourrais rajouter des masses de références. Mais je pourrais aussi rajouter Les superamas aiment bien faire parler d’eux et cela se voit!

S.L

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment