Simul et singulis à Elancourt ? Why notte ?

Nous avons retrouvé à Elancourt, du 9 au 11 novembre dernier, Pierre Notte et Brice Hillairet pour une parenthèse théâtrale dans le cadre d’un week-end participatif organisé par Le Prisme, le Centre de Développement artistique de Saint-Quentin en Yvelines. Deux Bobineaux se sont infiltrés dans le dispositif pour récupérer la substantifique moelle qui leur permettra, un jour, peut-être d’aller voir ce qui il y a de l’autre côté.

Sous les lumières du Prisme d'Elancourt - Photo PB La Compagnie de la Bobine
Les lumières du Prisme d’Elancourt – Photo PB La Compagnie de la Bobine

Bob était à Elancourt. Bob y a retrouvé des habitants de son quartier et des théâtreux qui comme lui avaient partagé l’épopée du Chien aux Cheveux Rouges, mais aussi des inconnus qui sont rapidement devenus des camarades de jeux.

Simul et singulis à Elancourt ? J’ai fait, comme certains d’entre vous, latin et peut-être grec renforcé mais, j’ai toujours quelques difficultés à m’exprimer dans ces langues mortes. J’ai heureusement écouté Pierre Notte et j’ai pu me forger ma propre opinion.

Simul et singulis, cela veut dire : Ensemble et chacun en particulier. Pour moi, Ensemble et chacun en particulier, c’est être conscient qu’on ne joue jamais seul sur scène. Ensemble et chacun en particulier, c’est jouer ensemble, vibrer à l’égal de ses partenaires. C’est être conscient que quelque soit son personnage, Rôle-titre au sommet de la fourmilière ou Hallebardier ayant pour seule réplique un râle agonique, ce qui compte c’est l’accumulation des énergies produites par l’ensemble de la Troupe. Singulis, c’est le comédien besogneux et solitaire qui offre sa technique et son énergie à la Troupe. Ensemble et chacun en particulier, cela veut dire qu’il n’y a pas de petits rôles et que l’on devient tous quelqu’un lorsqu’on monte sur les planches.

Mais rentrons dans le contenu de ce week-end collaboratif. Notre vie a été pendant trois jours mise à nue sous le microscope à émotions. Il nous faut proposer des mises en situation qui mettent en équilibre notre réalité et notre imaginaire, notre secret et notre intention. C’est l’histoire de chacun d’entre nous dans le cercle de la famille : simul et singulis. Le théâtre, vous le savez déjà, n’est que le reflet déformé des événements qui martèlent nos vies : Naissance, Anniversaire, Mariage et Enterrement. Le théâtre ne doit pas être une pâle copie de la réalité. Il faut la travestir et provoquer l’autre pour faire bouger les lignes, il faut déformer la réalité pour créer l’émotion, car qui s’intéresse à nos vies programmées ? Qui s’intéresse à nos sépultures ? Et quand l’exercice porte sur le deuil, ça vient te frictionner ce qu’il y a entre les oreilles. Quand tu parles tous les jours à ta mère, à ton mari, à ta fille, partis un jour dans l’autre monde, comment peux-tu dès le premier essai te mettre dans la peau d’un personnage dont le secret pourrait te faire vomir ? Ces trois jours ont justement permis de dépasser notre réalité, pour pouvoir délivrer le bon mot de passe. Simul et singulis à Elancourt ? C’est quand la prochaine fois ?

P. B La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment