Comment parler d’un spectacle que je n’ai pas vu ?

La-scène-de-La-Tour-Voisins-le-Bretonneux-La-Compagnie-de-la-Bobine-photo-Didier-Séjourné

La salle de la Tour Voisins le Bretonneux

Mais pourquoi parler d’un spectacle que j’ai vu ? Mais pourquoi parler d’un spectacle que je n’ai pas vu ?

Je soliloque à longueur de journée sur cette curiosité salvatrice qui me permet d’avancer et d’aller voir plus loin, d’aller au-delà des nuages qui peuvent assombrir nos vies éphémères. J’ai tant de pourquoi en attente qui n’ont toujours pas de réponses. Pourquoi ? Mais quand pour la quatrième fois, je surprends un nouveau reportage sur la prochaine création théâtrale, d’un ancien footballeur, ou du critique gastronomique de la télé-réalité, ou de l’ancienne star du porno reconvertie en journaliste météo, j’appuie sur le gros bouton rouge de ma télécommande ! Je prends alors ma plume numérique, mon neuro-transmetteur à traitement de texte intégré et cherche à nous faire plaisir. Je cherche à faire plaisir à mes amis du théâtre, ceux qui ont croisé mon chemin et qui ont démontré toutes leurs bonnes intentions à aller vers le plus-que-parfait. Je n’oublie pas les connaissances d’un jour ou les inconnus qui sans précaution m’ont lancé leurs bombes à émotions aux effets collatéraux incurables : rires et pleurs garantis. Comment parler d’un spectacle que je n’ai pas vu et qui ne se jouera que deux fois dans l’année ? Il y a tellement de troupes, de comédiens et d’artistes qui restent dans l’ombre alors qu’ils sont aussi bons que ceux qui sont sous la lumière des projecteurs des médias ou des blogueurs sans cartes de presse. Demain, qu’il pleuve ou qu’il vente et quelque soit l’âge du capitaine, je parlerai d’un spectacle que je n’ai pas vu. Mais comment parler d’un spectacle que je n’ai pas vu ?

P.B La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment