Un nouveau dimanche à répéter : un Cairn et deux cafés

Un dimanche de répétition - il neige - photo P.B La Compagnie de la BobineSe lever le matin est souvent le plus difficile, on se frotte les yeux, on les écarquille, et petit à petit la réalité apparaît : c’est un dimanche que l’on va passer à répéter. J’en profite au nom de la Bobine, pour remercier toutes celles et ceux qui nous aident et nous soutiennent, en toute simplicité, n’attendant en retour que du plaisir et des émotions à diffuser vers notre communauté.

Se saisir de Cairn, n’est pas chose facile et ce n’est qu’après un ou deux cafés bien tassés et beaucoup d’humilité à essayer de saisir le bon ton, de laisser ou non tomber sa voix à la fin de la phrase que toute l’humanité du personnage commencera à se révéler. Le concept de réalité s’applique à cette pièce même si la poésie des mots a pu nous entraîner parfois à surjouer. Tu es cerné, Cairn. C’est bientôt l’amalgame du texte et de la réalité et quand fusionneront comédiens et personnages dans une explosion de rage et d’espérance, quand les effluves de nos peurs et de nos passions se transformeront en torrent d’émotions, nous n’aurons plus qu’à attendre notre première représentation.

Un nouveau dimanche à répéter en attendant le suivant.

P.B La Compagnie de la Bobine

Pas de commentaire

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment